Grand parc de l’Ouest

Le 18 septembre dernier, le conseil municipal de Senneville s’était réuni en séance extraordinaire afin d’adopter une résolution s’opposant à l’adoption du Règlement relatif à l’établissement et à la dénomination du Grand parc de l’Ouest proposé par la Ville de Montréal.  Ce dernier devait être adopté lors de la séance du conseil d’agglomération du 19 septembre.  À la suite de nos représentations, le conseil d’agglomération a reporté l’adoption du règlement et ce afin de nous donner l’opportunité de trouver un terrain d’entente sur les enjeux locaux soulevés.

Bien que nous saluions la vision et le courage politique de l’administration Plante de protéger les espaces naturels existants sur l’île de Montréal, nous nous opposons notamment aux limites proposées du Grand parc, ainsi qu’aux effets sur les propriétés et sur la fiscalité de notre municipalité. Nous déplorons également l’absence de collaboration politique en amont avec Senneville pour mener à terme ce projet.

Pour former le Grand parc de l’Ouest, Senneville devra fournir plus de 475 hectares, soit près de 15 % de la superficie du Grand Parc. Or, cette superficie représente 66 % de notre territoire. Rappelons-le, nos milieux naturels sont déjà préservés par notre réglementation d’urbanisme basée sur un zonage de préservation des milieux naturels et mettant de l’avant des principes de développement durable s’appuyant sur la désignation de l’écoterritoire de la Forêt de Senneville. En résumé, Senneville a déjà son grand parc dans le respect des propriétés privées et du maintien d’un équilibre fiscal.

Ce Grand parc de l’Ouest représente donc pour Senneville une perte assurée de taxes ou en lieu de taxes sur de futures acquisitions. À cela s’ajoutent nécessairement les révisions à la baisse des valeurs foncières des propriétés situées dans les limites du Grand parc.

Le territoire de Senneville est déjà très bien préservé et contribue à l’objectif de 10 % de protection des milieux naturels de l’île de Montréal. La délimitation du Grand parc, sans mesure immédiate d’acquisition et de compensation, est inacceptable pour nos citoyens et nos générations futures.

Nous vous tiendrons au courant des développements dans ce dossier. D’ici là, vous pouvez consulter la résolution s’opposant à l’adoption du Règlement.